Blog


Article suivant

Nos chères têtes blondes
Posté le 22-11-2011
à 15:10:20

Texte autobiographique et humoristique savamment écrit par moi-même, Sandrine Pouchain, écrivain public et rédactrice Web.

Quel jeune couple ne s’est jamais surpris à rêver en croisant une femme enceinte dans la rue ou deux jeunes parents promenant leur bébé tout rose et endormi dans son landau ? Ah, un jour, ce sera notre tour, nous aurons NOTRE bébé, et quel bonheur ce sera...

Le « bonheur » commence souvent dès la grossesse ; douleurs, sciatiques, remontées acides, libido diminuée, prise de poids, vergetures, essoufflement, et j’en passe (il ne faudrait quand même pas dégoûter ceux qui n'ont pas d'enfants et projètent d'en avoir). Etre enceinte, ce n’est pas une maladie, nous répète-t-on. Certes non. Mais arrêtez de vous attendre à ce que tout soit comme avant, qu’on porte les courses, qu’on fasse trois ou quatre heures de ménage d'affilée, tout en s'occupant du(des) grand(s) et en travaillant...
Quoi, tu es fatiguée ? La grossesse, ce n’est pas une maladie pourtant ! Merci, on avait compris, le prochain qui me le ressort, gare à lui ! Grrrrr...

bebe_et_cigogne
Par contre certaines fois, on aimerait bien, même si on n’est pas malades hein, que certains ressentent un peu de compassion, du genre ceux qui sont devant nous dans la queue du grand magasin d'électro-ménager. Mais ceux-là, jamais ils ne nous regardent, non non non, il ne manquerait plus qu'ils voient qu'on a vu qu'ils ont vu notre gros bidon, après ils se sentiraient obligés de nous laisser passer... Déjà qu’il faut s’imposer dans la file spéciale femme enceinte du supermarché, alors dans cette file-là, qui n’est pas spéciale du tout, on peut rêver !

La forme n’étant plus ce qu’elle était, surtout à 7-8 mois de grossesse, on s’autorise parfois un peu de repos (surtout quand on a passé 20 minutes donc à faire la queue derrière des gens qui regardaient le plafond). Quoi, tu es allongée dans le canapé, ça ne va pas ? Si, mais je me repose, je peux ?? On culpabiliserait presque, à se sentir comme une (grosse) paresseuse alors qu’on est exténuée. Et encore, les primipares peuvent faire le coup du canapé elles, mais les autres, que nenni, il faut s'occuper du (des) grand(s) qui, je ne sais pour quelle raison, n’aiment pas voir maman allongée dans le canapé (manque d’habitude peut-être).

Quoi, tu as déjà pris 3 kgs à ce stade de ta grossesse ? Mais il faut faire attention tu sais ! Ce sera dur de les reperdre après ! (comme si on n’angoissait déjà pas suffisamment assez toutes seules !). Et la gynéco qui s’y met : si vous avez faim, mangez des fruits (c’est dommage mais ce n’est pas vraiment de ça dont j’ai envie, si vous saviez...).

Pour peu que, comme moi, vous ayez eu la bonne idée d’essayer d’accoucher sans péridurale (n’ayant eu aucune sensation pour mon premier, j’ai voulu en avoir pour mon deuxième), vous n’êtes pas déçue. Une demi-heure pour un anesthésiste à 2 heures du matin, c’est rien, mais pour vous qui hurlez sur la table d’accouchement, c’est très très LONG !
Ce jour-là, j’ai eu une pensée pour nos grand-mères et arrière grand-mères, elles qui n’avaient pas la possibilité de recourir à une péridurale vu que ça n’existait pas encore. Mais comment ont-elles eu le courage de mettre leurs enfants au monde ?? Est-ce moi qui suis douillette ? Je n’en ai pas l’impression pourtant. Je crois bien que j’aurais choisi d’entrer dans les ordres moi à leur époque, pour m'éviter cette épreuve. L'amour de Dieu, c'est pas si mal après tout.

Ensuite, le « bonheur » continue avec l’arrivée de bébé. Parce qu’après tout ça, je lis dans vos pensées, vous vous dîtes : on a droit à un peu de repos là ! Eh bien non ! Par contre, les nuits plus hachées que les steaks de chez le boucher (maintenant, vous y faîtes toujours la queue, mais en essayant que bébé ne crie pas trop fort pour ne pas déranger les têtes en l’air), les cris, les pleurs, et une fatigue tellement énorme qu’on se dit qu’on ne tiendra jamais le coup, voilà votre nouveau quotidien.
Mais vous tiendrez, pas le choix. Car maintenant vous êtes PARENTS et vous avez des RESPONSABILITES. Alors il faut assurer. Nuits difficiles, pleurs, sollicitations incessantes, allers-retours à l'école, devoirs du grand, cuisine, ménage, linge, etc. Et si comme moi vous êtes à votre compte, il faut également préparer la reprise : formations, fora, réseaux sociaux, recherche de clients, réponse aux annonces, référencement, nouveau site web, tenue du blog, etc., sans parler de tout ce qui concerne la tenue administrative de la maisonnée. Et après on vous demande : mais tu ne t’ennuies pas en congé parental ? Euh... Je ne sais pas si c’est avouable mais personnellement, je rêve de retravailler, juste à mi-temps, en tant qu'écrivain public et rédactrice Web, pour avoir davantage de contacts avec le monde des adultes et penser un peu à autre chose qu’aux purées et aux couches sales. C’est pas bien, pas bien... Mauvaise mère ! Ah bon, vous croyez, à ce point ? ;)



8 commentaire(s)

Vous aimez ? Aidez-moi et partagez cet article sur vos réseaux!
»

» » » » » » » »

Article suivant