Blog


Article suivant Article précédent

Traducteurs, avez-vous besoin d’un business plan pour traduire ?
Posté le 02-12-2014
à 14:59:24

Quel que soit votre secteur d’activité d’entrepreneur freelance, la mise en place d’un business plan est fortement conseillée, voire obligatoire si vous souhaitez obtenir un prêt bancaire.

Qu’en est-il dans le domaine de la traduction ? Lors de mes débuts en 2005, je n’ai pas eu besoin de prêt pour m’installer comme traductrice à Toulouse (les investissements ne sont pas franchement énormes). J’imagine que vous non plus, à vos débuts.
Peut-on en déduire qu’il n’est pas nécessaire de se pencher de plus près sur l’avenir de nos entreprises ? Traducteurs, avez-vous besoin d’un business plan pour traduire ?

Business plan : les avantages

Même s’il est vrai que rédiger un business plan est assez fastidieux et quelque peu chronophage, vous pourriez bien y gagner en prenant la peine de vous y mettre.

traducteurs-business-plan-traduire Voici quatre bonnes raisons :

- Une meilleure vision de l’avenir de votre entreprise de traduction
- Une stratégie commerciale mieux définie et plus efficace
- Un tarif traduction adapté
- Des objectifs réalistes et optimisés.

Traducteurs, vous avez besoin d’un business plan pour traduire !

Au moins d’un business plan de base. Consacrez-y un peu de temps, même si c’est du temps en moins passé à traduire. Vous verrez que vous ne le regretterez pas.

1. Sur la page de garde, faites figurer le nom de votre entreprise ou votre nom de traducteur freelance, et votre logo (accompagné de votre slogan si vous en avez un). Toujours utile, le logo rajoute une touche de professionnalisme.

2. Écrivez un petit résumé reprenant vos objectifs, votre plan financier, vos services et vos cibles commerciales.

3. Définissez et expliquez la façon dont vous prévoyez de développer votre entreprise. Expliquez bien pourquoi ces idées vous permettront de gagner de l'argent et comment vous les convertirez en projets de manière concrète.

traducteurs-business-plan-traduire 4. Réfléchissez à vos objectifs. Où en sera votre société de traduction dans un an, trois ans, cinq ans ? Soyez réaliste et voyez l'avenir avec optimisme. En prenant conscience de vos objectifs, vous serez heureux de travailler dur pour les atteindre et surtout, vous saurez dans quelle direction aller.

5. Qui sont vos marchés cibles, vos concurrents, vos partenaires ? Créer une relation gagnant-gagnant avec certains de vos concurrents, en travaillant avec eux sous forme de partenariat, est une excellente stratégie. Prenez le temps de "réseauter" sur les réseaux sociaux avec d'autres traducteurs car ils peuvent vous ramener du travail, et vice versa. Une bonne façon de travailler en équipe tout en restant freelance !

6. Établissez votre plan marketing. C'est un point important, souvent négligé par les traducteurs. Nous avons tendance à concentrer nos efforts sur nos clients principaux, sans penser qu'un jour ils pourront décider de se passer de nos services, faire faillite, ou se crasher dans un accident d'avion par exemple (on ne leur souhaite pas mais tout arrive dans la vie). Il est donc important de continuer à prospecter de nouveaux clients afin d'avoir toujours une source de revenus, même lorsqu'un client régulier nous quitte. Prospecter donc, mais également être visible sur la toile via votre site Web professionnel et des profils en ligne sur des plates-formes de traduction, être actif sur les réseaux sociaux et participer à des conférences sur la traduction.

7. Définissez les services que vous allez proposer. Spécialisez-vous. Sachez si vous voulez être traducteur, interprète et/ou formateur, traduire des fichiers audio ou seulement des fichiers textes, et dans quels domaines plus précisément. Si votre offre est trop importante et diversifiée, votre image de professionnel de la traduction pourrait en pâtir.

8. Livrez-vous à une analyse SWOT. Réfléchissez à vos forces, vos faiblesses, ainsi qu'aux menaces et aux opportunités qui se présentent à vous. Cela ne pourra que vous être bénéfique.

9. Rédigez votre portfolio en plusieurs langues et en plusieurs versions, selon qu'il s'adresse à un client direct, à une agence de traduction, ou à un traducteur partenaire. Il ne s'agit pas d'un CV, mais d'une offre de services. Vous ne cherchez pas de travail, vous proposez une collaboration. Insérez votre portfolio en annexe, à la fin du business plan, ainsi qu'une copie de vos diplômes.

10. Calculez votre plan financier. Comparez ce que vous rapporte votre activité (vos tarifs sont-ils adaptés ?) par rapport à ce qu'elle vous coûte (loyer de vos bureaux, achat de matériel informatique, de logiciels, frais de transport, adhésions à des associations professionnelles, assurances, électricité, etc.). Le profit dégagé vous permet-il de vivre décemment ?

11. Analysez les risques et pensez à ce qui pourrait faire couler votre entreprise de traduction. Comment cela pourrait-il être évité ou affronté, et comment minimiser les risques ? Anticipez au maximum pour ne pas vous retrouver un jour dans une situation catastrophique.

Maintenant que vous avez réfléchi à tout cela, n’avez-vous pas le sentiment d'y voir plus clair ? Ne vous sentez-vous pas plus professionnel et plus légitime dans votre démarche (surtout pour les traducteurs débutants, même si la rédaction d'un business plan est bénéfique pour tous) ?

Je suis sûre que la réponse à ces questions est positive. En tous cas, elle a été positive pour moi malgré mes 10 années d'expérience en traduction. Je tenais donc à vous en faire profiter en écrivant ce petit billet !

À propos de l’auteure
Sandrine Pouchain est devenue traductrice indépendante en 2005. À la tête de Au Bon Mot, elle traduit de l'anglais vers le français à Toulouse, et est également Community Manager pour la SFT et rédactrice freelance pour plusieurs magazines et webzines. Elle partage ses connaissances en rédaction/traduction avec ses collègues rédacteurs/traducteurs dans son blog.

Article inspiré par business plan for translators.
Images prises ici et ici.

8 commentaire(s)

Vous aimez ? Aidez-moi et partagez cet article sur vos réseaux!
»

» » » » » » » »

Article suivant Article précédent